Dominique Wiel : Lettre ouverte.

Le week-end du 19-20 octobre 2002, 
le comité de soutien de Dominique Wiel diffuse 
sur les quartiers de Boulogne/Mer et le Portel 
une lettre du prêtre qui conteste la procédure d'enquête; 
en voici le contenu :

Il n'y a pas de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Il n'y a pas de pire justice que celle qui ne veut pas connaître d'innocents

Le samedi 12 octobre 2002, je serai au 37ème jour de jeune de protestation. Je clame mon innocence: je le soutiens et le soutiendrai toujours, s'il le faut, seul contre tous: je n'ai jamais touché à un enfant.

Je proteste contre une arrestation arbitraire. Je suis en prison depuis presque un an malgré un manque de preuves matérielles.

Je proteste contre un simulacre d'enquête, il n'y a pas eu d'instruction; les preuves écrites des mensonges que je suis seul à pouvoir fournir ne sont pas prises en compte, de façon délibérée.

Je proteste contre une procédure bâclée; on préfère écouter les fantasmes après les avoir provoqués: ils ont inventé le cadavre de la fillette, la ferme en Belgique, l'existence d'un réseau, c'est plus excitant que la banale réalité.

Depuis trente-cinq ans j'ai toujours reçu des jeunes chez moi, ouvertement, au vu et au su de tous.

Je ne changerai pas ma façon d'être pour faire plaisir à des esprits immatures.

On peut m'expédier à Marseille, me mettre à l'isolement total, ce n'est pas cela qui changera ma détermination.

Résistancia. signé D.Wiel.

Douai, 30 juillet.            Index général du site.