Aux origines du premier mai.

Saint Joseph Jeanne d'Arc et le premier mai.

Le nom de saint Joseph n'apparaît dans les calendriers liturgiques qu'"au IXème siècle. Le choix de la date de sa fête est dû à une confusion avec le nom de Josippe. C'est au XIVème et XVème siècle que la dévotion à Saint Joseph se développa. En 1955, Pie XII, invente la fête de "Saint Joseph artisan" et fixe sa date au 1er mai. A cette période charnière de l'Église, bien avant Vatican II, de nombreuses voix s'élevaient dans l'Église pour que soit prise en compte par l'Église les réalités du monde du travail (la théologie du travail avec B.Chenu; la création de l'ACO en 1950; les tensions avec les prêtres ouvriers, et leur interdiction en 1950, etc.); Les rapports de l'Église avec les travailleurs mériteraient d'être mieux étudiés.

Jeanne d'Arc n'a jamais fait partie du cortège des premiers mai. On retiendra cependant que dans l'enseignement des congrégationistes, sous la 3ème République, elle était le symbole, la mascotte de ceux qui défendaient la France et le Roi contre les ennemis légendaires. L'école de Jules Ferry préférait la promotion de Vercingétorix. Depuis de nombreuses années, Mr Le Pen a intégré Jeanne d'Arc au panthéon de ses manifestations. Sans doute, une manière de se donner une blancheur politique et religieuse aux yeux des catholiques de la fin du XXème siècle. 

La JOC et l'ACO.

Pour les jocistes et les membres de l'Action Catholique Ouvrière, le premier mai demeure la manifestation de leur participation aux solidarités, luttes et espoirs des femmes et des hommes qui subissent la condition ouvrière. Les jocistes et l'ACO de la région d'Arras participeront au rassemblement du 1er mai à Biache saint Vaast pour protester contre les licenciements de Sollac Biache et les conséquences sur l'économie locale. Ceux de Calais participeront avec l'ACO au défilé de Calais et de même en bien d'autres endroits.

Déclaration du MMTC pour le premier mai 2003

Le mouvement mondial des travailleurs chrétiens interroge une société qui exclut du travail des millions d'hommes et de femmes, ou chacun est devenu un simple accessoire de l'économie. 
Reprenant de nombreuses paroles de Jean-Paul II sans ses encycliques sociales, le mouvement veut contribuer, partout dans te monde, à ce que ceux qui ont un travail, ceux qui n'en ont pas et ceux qui sont exclus, se solidarisent et s'unissent. Le mouvement lutte pour un travail digne avec une protection légale effective, permettant de gagner un revenu raisonnable et offrant une réelle sécurité sociale, tout en étant organisé de telle façon que toute personne y ait accès. 

Lire la déclaration 2003

Prière pour un premier mai. 

Notre Père,
Toi, le Père de tous ceux qui luttent
pour faire éclater l'amour et la justice;
Toi le Père que je veux pour tous mes copains:
Ton nom est sanctifié
par tous ceux qui travaillent jour et nuit,
afin de sortir leurs frères de l'ignorance,
de la maladie, de l'exploitation;
par tous ceux qui donnent un peu de leur temps
pour changer leurs conditions de vie,
sur le quartier, au travail, à l'école.

Que ton règne vienne, et qu'il vienne pour tous.
Oui, Que ta volonté soit faite.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour,

Ce pain trop rare, confisqué par une minorité,
insuffisant sur les trois quarts du globe,
le pain d'un travail pour tous,
le pain  d'une vraie formation,
le pain d'une vraie vie aussi.

Et pardonne-nous, Seigneur...

tous ces cris que nous n'entendons pas,
tous ces sourires que nous ne voyons pas,
toutes ces injustices contre lesquelles nous ne faisons rien.

Ne nous laisse pas succomber à la tentation
de baisser les bras,
de croire qu'un avenir n'est plus possible,
de croire que la violence et l'intolérance vont prendre le pouvoir.

Mais délivre-nous du mal,
qui, au fond de nous-mêmes, nous invite
à vivre notre vie en la gardant pour nous,

Quand toi, ru nous invites à la donner.
Donne-nous cet enthousiasme
qui engendre un  monde plus beau.

 

Prière écrite par des  jocistes de Kirchenrenbach (Allemagne)

Je crois en un Dieu de vie 

Je crois en Dieu, 

en un Dieu que je rencontre dans la nature, 

dans l'eau, dans le vent, dans les fleurs et les feuilles, 

dans le bel oiseau tout autant que l'humble moustique. 

Je crois en un Dieu 

devant lequel tous sont égaux, 

qui ne fait pas de différence 

entre riches et pauvres, entre noirs, blancs et rouges, 

entre protestants, catholiques et athées. 

Je crois en un Dieu 

qui nous accepte tels que nous sommes, 

qui est près de nous 

quand nous rions et quand la tristesse nous assaille,

 quand nous blaguons ou quand nous broyons du noir

 Je crois en un Dieu

qui tolère nos fautes et nos faiblesses,

qui nous donne la chance d'en tirer des enseignements.

 Je crois en un Dieu 

qui décide de la vie et de la mort, 

chez lequel toutes choses, 

même celles qui naissent ou meurent à cet instant, 

ont leur utilité et leur fonction. 

Notre Dieu est en l'être humain, et il est dans la nature. 

Nous croyons en lui. 

Index général       Sollac à Biache   Déclaration du MMTC 2003