Page récapitulative

Les chrétiens et le monde de l'entreprise en crise
(février 2001 - février 2002)

Février 2001, un plan de licenciement est annoncé avec le fermeture de la biscuiterie LU de Calais. Annonce officieuse qui éveille l'attention des travailleurs et organisations ouvrières du Pas-de-Calais, mais aussi de toute la France: les annonces de plan de licenciements, restructurations, vont se multiplier après les élections municipales de mars 2001. 

J'ai alors publié sur ce site quelques informations, textes et réflexions diverses, choix orienté et sans doute partisan. Attentif aux questions de mondialisation, j'ai essayé de rendre compte de la parole de chrétiens concernés par ces situations ou qui se sont rendu proches des femmes et hommes sur qui tombait la catastrophe du licenciement. Voici quelques-unes de ces réflexions.


L'évolution de l'emploi sur le département en chiffres:

Entre juin 2001 et juin 2002 la situation de l'emploi en Pas-de-Calais  s'est sensiblement détériorée.  Excepté Montreuil-sur-Mer, les autres bassins d'emploi ont une moyenne supérieure à la moyenne nationale (9%): la situation est préoccupante pour Lens et Boulogne-sur-Mer, avec une moyenne supérieure à 13% et une hausse de 0,8 point en un an

Taux de chômage

juin 2001

juin 2002

France

8,7

9

Artois-Ternois

8,7

9,4

Béthune

12,3

12,6

Boulogne-sur-Mer

12,6

13,4

Calais

13,2

13

Lens

14,8

15,6

Montreuil-sur-Mer

8,7

9

Saint-Omer

9,8

10,8


Septembre 2002:

"Çà sent la rentrée!"

Les signes avant-coureur sont là. Les universités d'été signent la fin de l'été. Les bronzés sont de retour et racontent leurs péripéties de l'été. Et bien vite la conversation s'engage sur demain : l'enfant qui prendra le chemin de l'école, le jeune qui entre au collège; le plus grand qui cherche un logement... et celui qui attend une réponse à sa demande d'emploi. Les enseignants préparent leur rentrée, les catéchistes cherchent de nouveaux collaborateurs...

C'est aussi le gouvernement qui fait sa rentrée. C'est la machine économique qui redémarre: rentrée économique, rentrée sociale. Espoirs de paix au Proche-Orient, bruits de guerre en Irak. Economie solidaire et développement durable sont à nouveau à la une des journaux. Bref, tout le monde rentre et espère. Espoirs marqués de craintes, celles qu'on avait un peu étouffées durant l'été. Les créations d'emploi ne masquent pas les soucis. Les annonces du printemps, suppressions d'emplois et licenciements vont sans doute être tenues, que ce soit pour Lu à Calais, Sollac à Biache, Métalleurop à Evin, la cristallerie à Arques ou Solectron à Longuenesse. Ici 200, là 2.000: la rentrée sociale s'annonce avec ombres et lumières.

C'est peut-être au 1er septembre qu'il faudrait présenter ses vœux pour l'année qui vient; c'est aussi au premier septembre que cette prière peut monter vers le Seigneur: 

"Voici une année nouvelle. Je te l'offre, avec ses joies et ses peines, ses soucis et ses espérances. Vois les souhaits des hommes de bonne volonté. Donne à chacun sa part de pain. Donne à chacun de grandir dans l'estime de l'autre et de soi. Que ton Esprit soit lumière sur notre route. Qu'il inspire à chacun les mots de la tendresse et de la miséricorde, les mots de l'espérance et les gestes qui font vivre". 

 

Retour Index général     Première page