HYSOPE

Sous le nom d’hysope, on désigne des herbes aromatiques. Elles étaient mises en bouquet pour servir 
à l’aspersion lors des rites sacrés de purification.

* Lors des rites de la Pâque et de la sortie d’Egypte. (Exode 12,22.)

* Lors de la purification des lépreux. (Lévitique 14,2-8).

* Pour la purification des personnes en contact avec des cadavres. (Nombres 19,18)

L’évangéliste Jean met en rapport la mort de Jésus et les rites de pardon et de purification:

          « Il y avait là une cruche remplie de vinaigre, on fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d'une branche d'hysope et on l'approcha de sa bouche. Dès qu'il eut pris le vinaigre, Jésus dit: «Tout est achevé» et inclinant la tête il remit l'esprit ».
 

Jean 19, 29

Prière

Seigneur, 
tu aimes la vérité dans les ténèbres ;
dans ma nuit, 
tu me fais connaître la sagesse.

Ote mon péché avec l'hysope

et je serai pur;
lave-moi, 
et je serai plus blanc que la neige.

Fais que j'entende

l'allégresse et la joie,
et qu'ils dansent, 
les os que tu as broyés.

Psaume 50      

Il existait différentes variétés d'hysope. Les sages veillaient à ce que seule la vraie hysope, ou marjolaine soit utilisée. Pour la purification des lépreux on utilisait conjointement hysope et cèdre. 
Un même nom hébreu recouvre différentes variétés: outre la marjolaine, elle pouvait aussi désigner la sarriette rose, la lavande (ou hysope bleue); la sarriette à épis appelée aussi hysope sauvage; la germandrée. La sarriette à feuille de thym pouvait être utilisée pour fabriquer une boisson rafraîchissante. 

Ivraie
Sommaire