Retour page accueilL'étranger, la veuve et l'orphelin (1)
Ancien Testament

(suite: Nouveau Testament et Eglise)
(Les dimensions sociales de la foi)

La manière radicale dont les évêques ont affirmé depuis de nombreuses années les incidences sociales de la foi chrétienne, contestant clairement l'idéologie du Front National, invite les disciples de Jésus à retrouver les fondements d'un vivre ensemble, au cœur de la société.

Choisir de suivre Jésus, le Christ, entraîne un choix de vie au milieu des hommes. Cela fait partie de l'héritage, héritage de l'Écriture et la longue Tradition en Église.

L'Écriture d'abord, puis les textes officiels de l'Église depuis 2000 ans rapportent les témoignages de vie, les paroles des prophètes, l'organisation des communautés chrétiennes pour répondre à l'exigence de l'appartenance au Peuple de Dieu. Ce parcours n'est pas exhaustif, il cherche à ranimer notre mémoire. 

Ruth, l'étrangère

Le livre de Ruth, Ce livre assez court (4 chapitres), écrit après l'exil, fait remonter à un passé lointain une histoire d'amour entre un fidèle et une étrangère... il se fait que cette étrangère es présentée comme l'arrière grand-mère du roi David... il se fait que Matthieu l'a inscrite dans la généalogie de Jésus.

Noémi, du pays de Juda a émigré au pays de Moab. Elle se marie avec un moabite, de qui elle aura deux fils,lesquels se marient avec des moabites. Bientôt son époux meurt, ainsi que ses deux fils. Elle décide de rentrer au pays, et prie ses deux belle-filles de retrouver leur famille, plutôt que de vivre étrangères au pays de Juda. Malgré les multiples supplications de Noèmi, Ruth choisit de la suivre à Bethléem. . Plus tard, elle revient à Bethléem avec sa belle-fille Ruth. 

Voici qu'au temps de la moisson elle demande l'autorisation de glaner derrière les moissonneurs. Elle se fait remarquer par le propriétaire du terrain, Booz, qui après avoir pris ses renseignements donne quelques consignes à ses moissonneurs: laissez un peu plus d'épis par terre, et surtout, ne lui adressez aucun reproche! Invitée à manger le casse-croûte avec Booz, le propriétaire, elle lui demande ses raisons: "je sais ce que tu as fait envers la belle-mère et comment tu as suivi et soutenu ton beau-père, accepté de vivre dans un pays qui t'est étranger". 

Ce qui devait arriver arriva, ils se marièrent et de leur union naquit Oved, lequel sera père de Jessé, lui-même père de David.

Quand Mathieu intègre Ruth dans la généalogie de Jésus, c'est bien une manière d'indiquer que jésus n'est pas pur sang, mais issu de sang mêlé et cela ne le dérange aucunement. Il y a plusieurs autres noms de la généalogie qui méritent d'être étudié quand aux origines de Jésus"

Le code de l'Alliance

Les plus anciens d'entre nous ont appris par cœur "les dix commandements". On les trouve au chapitre 20 de l'Exode. Aux chapitres 12 à 26 du Deutéronome (deuxième loi), on trouvera édictés nombre de principes qui tiennent lieu de loi un peu comme notre code civil. Il sera appelé le "code de l'Alliance" entre Dieu et le peuple d'Israël. Les études exégétiques et archéologiques nous invitent à reconnaître en ce texte, la législation en usage au temps de roi Josias, quelque cinquante ans avant la ruine de Jérusalem( 587).Dans ce code de loi, on retrouve fréquemment édicté des règles à l'égard de certaines catégories de population les plus démunies: les veuves, les orphelins, les immigrés (pour eux, pas de législation sociale, aide sociale ou oeuvre d'assistance. Ils dépendent en tout du bon vouloir des gens au milieu des quels ils habitent.

Naboth, sa vigne, Jézabel

Ce n'est pas un discours, mais un récit, une histoire mise en forme qui fait apparaître quelles sont les pratiques humaines et sociales qui plaisent ou déplaisent au Seigneur zet à ceux qui ont fait alliance avec lui. On trouvera le texte complet au ch. 21 du 1er livre des Rois. Sous le règne du roi Achab, la prospérité gagnait le pays, et le roi voulait étendre la surface de son domaine. Mais il était chagriné par le bout de terrain de Nabot, jouxtant le palais. Il était contrarié du refus de Naboth, mais la reine lui fait passer ses états d'âme : qui est-ce qui a le pouvoir en ce pays? Je vais m'en occuper. Elle fit courir une mauvaise rumeur contre le paysan, ce qui déclencha un procès avec faux témoins. le sentence fut rapide et immédiatement exécutée. Naboth fut mis à mort. 

C'est alors qu'intervient le prophète Elie pour rappeler ce crime. Le pouvoir ne donne pas droit à utiliser tous les moyens... "Je t'ai retrouvé parce que tu t'es livré à une mauvaise action aux yeux du Seigneur" dira le prophète.  Dieu a rejeté Achab et son Royaume: l'un et l'autre, et Jézabel aussi périront de manière violente.  

Ce texte fonde la réflexion des chrétiens sur l'usage des biens de la terre, du rapport entre riches et pauvres, puissants et infortunés. Elle peut éclairer le regard de la conscience sur la manière de vivre les questions économiques d'aujourd'hui. 

Deutéronome 24,17 : "Tu ne biaiseras pas avec le droit d'un émigré ou d'un orphelin. Tu ne prendras pas en gage le vêtement d'une veuve". 

Deutéronome 24,19 : "Si tu fais la moisson dans ton champ, et que tu oublies des épis dans le champ, tu ne reviendras pas le prendre. Ce sera pour l'émigré, l'orphelin et la veuve, afin que le Seigneur ton Dieu te bénisse dans toutes tes actions".

Parmi les motivations qui justifient cette loi on trouvera:

Deutéronome 22,20-22 : "Le Seigneur votre Dieu qui est le Dieu des dieux et le Seigneur des seigneurs, grand, puissant et redoutable, l'impartial et l'incorruptible, c'est lui qui qui rend justice à l'orphelin et à la veuve, et qui aime l'émigré en lui donnant du pain et un manteau". 

Exode 10, 19-20: "Tu n'exploiteras ni n'opprimeras l'émigré, car vous avez été des émigrés au pays d'Égypte. Vous ne maltraiterez aucune veuve ni aucun orphelin. Si tu le maltraites et s'il crie vers moi, j'entendrai son cri, ma colère s'enflammera, je vous tuerai par l'épée, vos femmes seront veuves et vos fils orphelins".

Les prophètes

C'est sur la base du rapport entre "alliance et justice", let e souci du pauvre en particulier que les prophètes interviennent et contestent les pratique des rois d'Israël et de Juda, quand ils reprochent à la population de s'être détournée de Yahvé, le Dieu d'Israël

Amos, 2, 6-9: je ne reviendrai pas sur ma décision de les punir, parce qu'ils ont vendu le juste pour de l'argent et le pauvre pour une paire de sandales. Ils sont avides de voir la poussière du sol sur la tête des indigents et ils détournent les ressources des humbles... 
après tout ce que j'a i fait pour eux, alors que je les ai fait sortir d'Egypte... et donné ce pays en possession... (voir aussi Amos, 4,1; 6,12)

Amos, 3, 15-16: "je frapperai vos maisons d'été et  vos maisons d'hiver, vos tours d'ivoire et maisons de prestige, parce que vous exploitez les indigents et broyez les pauvres".

Amos 5.4-12   C'est ainsi que parle le Seigneur à la maison d'Israël: “Cherchez-moi et vous vivrez.” Cherchez le Seigneur et vous vivrez. Prenez garde qu'il montre sa force, Ils changent le droit en poison et traînent la justice à terre. Ils haïssent celui qui rappelle à l'ordre le tribunal, celui qui prend la parole avec intégrité, ils l'abominent. Eh bien, puisque vous pressurez l'indigent, lui saisissant sa part de grain, ces maisons en pierre de taille que vous avez bâties, vous n'y résiderez pas; ces vignes de délices que vous avez plantées, vous n'en boirez pas le vin. Car je connais la multitude de vos révoltes et l'énormité de vos péchés, oppresseurs du juste, extorqueurs de rançons; ils déboutent les pauvres au tribunal. Voilà pourquoi, en un tel temps, l'homme avisé se tait, car c'est un temps de malheur.

Amos 8,4-6: "Écoutez ceci, vous qui vous acharnez sur le pauvre pour anéantir les humbles du pays, qui faussez les balances, qui malmenez les prix, achetant des indigents pour de l'argent et un pauvre pour une paire de godasses ... je n'oublierai aucune de vos mauvaises actions". 

Michée, 6, 6-8  "Avec quoi me présenter devant le Seigneur? Avec des holocaustes ou des veaux d'un an? ..."  "On t'a fait connaître, ô homme, ce qui est bien, ce que le Seigneur exige de toi, rien d'autre que de respecter le droit, aimer la fidélité, à t'appliquer à marcher avec ton Dieu".

Isaïe, Jérémie ou Ézéchiel, initiés à l'école du Deutéronome reprennent le même genre de reproches à l'égard d'un peuple qui est devenu la honte de Yahvé. Les pratiques a-sociales sont un des reproches majeurs, ils sont les signes manifestes de l'impiété, de la rupture de contrat entre Dieu et eux. 
On ne pourrait aujourd'hui reprocher aux uns et aux autres d'être en rupture de contrat avec Dieu. Ces paroles d'hier aident cependant à mesurer l'impact social pour qui se reconnaît  lié à Yahvé. Pour les baptisés aujourd'hui, cela indique une direction dans la conduite des affaires du monde. Bien sûr on peut faire autrement... mais ce n'est pas le bon chemin pour faire honneur à son propre nom, ni au Nom de Dieu!

Isaïe 1, 1-20 « Que me fait la multitude de vos sacrifices, les holocaustes de bélier, la graisse des veaux, j’en suis rassasié, le sang des taureaux des agneaux et des boucs, je n’en veux pas. Quand vous vous présentez devant moi, cessez d’apporter de vaines offrandes… je n’en puis plus de vos forfaits et de vos fêtes. Cela m’est un fardeau. Vous avez beau multiplier vos prières, vos mains sont pleines de sang… Lavez-vous, purifiez-vous, cessez de faire le mal apprenez le bien etc. Venez et discutons… »

 Isaïe1,17; 23: "Faites droit à l'orphelin, prenez la défense de la veuve... Venez et discutons: Ville de Jérusalem, Tes chefs sont devenus complices des voleurs. Ils courent après les gratifications. Ils ne rendent pas justice à l'orphelin et la cause de la veuve n'arrive pas jusqu'à eux... Je saurai faire revenir tes conseillers et tes chefs comme autrefois; j'éliminerai tous les déchets et tu redeviendra "Cité-Justice" et "Ville-Fidèle". Quand aux déchet je les éliminerai".

Jérémie 22,3: "Ainsi parle le Seigneur: 'Défendez le droit et la justice, délivrez le spolié de la main de l'exploiteur, n'opprimez pas, ne maltraitez pas l'immigré, l'orphelin et la veuve, ne répandez pas de sang innocent en ce lieu!'"

Ezéchiel 22, 7-10: "Chez toi, on méprise père et mère; au milieu de toi, on fait violence à l'émigré; chez toi, on exploite l'orphelin et la veuve... Ton cœur tiendra-t-il, tes mains seront-elles fermes, les jours où j'aurai affaire à toi?

Isaïe 58, 1-9.  (Liturgie du vendredi après les Cendres).La pénitence qui plaît le plus au Seigneur n'est pas celle qui multiplie les jeûnes et les mortifications de tout genre, surtout si elle donne mauvais caractère! Sans nier celle-là, Dieu préfère plutôt celle-ci : se dépenser pour mieux aimer son prochain, supprimer la misère soulager les opprimés. 

Parole du Seigneur: "Crie à pleine gorge! Ne te retiens pas ! Que ta voix résonne comme le cor ! Dénonce à mon peuple ses fautes, à la maison de Jacob ses péchés. Ils viennent me consulter jour après jour, ils veulent connaître mes chemins. Comme une nation qui pratiquerait la justice et n'abandonnerait pas la loi de son Dieu, ils me demandent de leur faire justice, ils voudraient que Dieu se rapproche. « Pourquoi jeûner si tu ne le vois pas ? pourquoi nous mortifier si tu l'ignores ? » 
Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien trouver votre intérêt, et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous. Votre jeûne se passe en disputes et querelles, en coups de poings sauvages. Ce n'est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd'hui que vous ferez entendre là-haut votre voix. Est-ce là le jeûne qui me plaît ? Est- ce là votre jour de pénitence ? Courber la tête comme un roseau, coucher sur le sac et la cendre, appelles-tu cela un jeûne, un jour bien accueilli par le Seigneur ? 
Quel est le jeûne qui me plaît?  N'est-ce pas faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N'est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, recueillir chez toi le malheureux sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t'accompagnera. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra; si tu cries, il dira : « Me voici ».

Malachie, 3,5 : "Voici ce que dit le Seigneur, qui tiendra au jour de sa venue?... Je  m'approcherai de vous pour le jugement. Je serai un prompt accusateur contre les magiciens et les adultères, contre les parjures, contre ceux qui exploitent l'ouvrier salarié, la veuve et de l'orphelin, qui oppriment l'émigré et ne me craignent pas, dit le Seigneur, le tout-puissant.

On pourrait multiplier encore les citations en apport avec le respect envers l'étranger, la veuve et l'orphelin. Il faudrait étudier l'attitude de Dieu et de ses fidèles à l'égard du pauvre, du "petit": le choix de David, dernier de famille, Bref, le regard de Dieu n'est pas le même que le regard de l'homme. "Il disperse les hommes à la pensée orgueilleuse, jette les puissants à bas de leur trône, élève les humbles" écrira Luc, en paraphrasant nombre de textes anciens. et Matthieu de renchérir: "Il n'éteint pas la mèche qui fume encore et ne brisera pas le roseau froissé",

Petite bibliographie: Le Dieu des pauvres, Claude Wiéner, éditions de l'atelier, 2000.
Les pauvres, un défi pour l'Église, éditions de l'Atelier, Profac 1994
Suite: la place du pauvre et de l'étranger dans le Nouveau testament.
(Les dimensions sociales de la foi)