Nouveau

Mieux que Thatcher ou Reggan

Mr Busch vient d'inventer un nouveau modèle dans les relations économiques internationales. En imposant une taxation sur l'importation d'Acier, Bush passe outre aux principes du libre échange.Jusqu'à présent, lui comme ses disciples réclamaient la non-intervention des états dans le monde des relations économiques. Désormais, un État, parce que tout puissant peut dicter ses lois dans les échanges commerciaux, peu importe les accords précédents et les principes personnels jusqu'alors défendus. En fait, pour Mr Bush: "moi, c'est moi, toi, tais-toi, c'est moi le plus fort", et de jurer de sa foi, sur la Bible (protestante/américaine, il va de soi!). 

La crise provoquée par la société Enron, et ses associés (Andersen) provoque une réflexion des politiques de tout bord: le système libéral a besoin d'un État qui soit le garant, en quelque sorte, du bon fonctionnement des rouages financiers des économies mondialisées...  Des millions d'américains (et d'autres) ont été escroqués par de fausses déclarations et par les quotidiennes manipulations du plus respecté des donneurs de confiance financière. Bons sentiments, bonne conscience ou prise de conscience qu'on ne peut laisser l'argent et les intérêts mener le monde? Un pouvoir politique supérieur aux économies est encore à inventer. Au-delà de l'OMC, une sorte d'ONU des transactions financières, à condition que le plus puissant des états respecte ces organismes supra nationaux.

 

Bref, rien de nouveau depuis La Fontaine:"La loi du plus fort est toujours la meilleure. !"

Les incivilités de la France d'en-haut dans le groupe Vivendi 
confirment depuis quelques mois  la thèse.

06 février 02
revu 04 juillet 02


 

Éthique...

...Le retour

Commerce équitable, 

Éthique sur l'étiquette, 

Placement éthiques (solidaires), (proposition des organisations syndicales) 

Développement durable, 

Refus du travail des enfants; 

Salaire minimum décent même dans les pays en voie de sous-développement, 

Respect de l'environnement

Investissements et qualité éthique; image sociale des entreprises.

Invitation à lire... "Croire aujourd'hui", n° 127
Consommateurs en quête de responsabilité. 

En savoir plus : avec le CCFD.

Ces quelques sujets font leur chemin.

Longtemps "Éthique et économie" était un sujet d'ordre privé, un vague frémissement de la part de quelques associations humanistes et idéalistes... Certes, il y a quelques années, un principe avait été pris, dans le commerce mondial du bois brut, de ne plus acheter auprès de pays ne respectant pas certaines règles de respect de l'environnement, mais cela fut vite oublié.

Désormais, les entreprises se soucient de leur image sociale et éthique.
Les entreprises autrefois citoyennes (Mr Gandois) seraient devenues soucieuses de social, d'environnement. L'argent des bénéfices ayant une odeur de soufre, il était désormais nécessaire de redonner confiances aux actionnaires.

Lorsque Danone fut attaqué sur son image sociale, alors les choses ont bougé.    Et lorsqu'au printemps 2001 la désinvolture de Marks & Spencer à l'égard des salariés eut provoqué son effet dévastateur dans l'opinion, alors le patron des patrons (Mr Sellières) entreprit-il d'ajouter un zeste d'éthique dans ses discours... Swissair, Sabena, Air Liberté furent les premiers a en bénéficier. Lors de l'université d'été du Medef, il était de bon ton de dire non aux licenciements boursiers, d'affirmer que "l'éthique, c'est dire non au marché et à la bourse". 

 

Les milieux d'affaires redessinent les contours de l'entreprise citoyenne... Un nouveau contrat social semble s'instaurer entre l'entreprise et la société. Le législateur tente de moderniser les lois sociales, etc. 

L'O.I.T (Organisation Internationale du Travail) pourrait légitimement relooker la réglementation sociale. Le parlement européen pourrait de son côté veiller un peu plus sur ces mêmes questions... Tout n'est pas possible, mais le bon sens à côté de chez soi, çà doit bien exister, et pas seulement pour les banques d'affaires agricoles! Tout n'est pas possible, mais rien n'est plus comme avant, à condition que la vérité grandisse, que les intérêts des uns et des autres soient entendus, que les valeurs reconnues ne soient pas seulement celles du grand capital. 

Chacun a donc sa place et on peut retourner le compliment:

 "votre argent m'intéresse!!!

De nombreux chrétiens sont affrontés aux questions difficiles de tenir à la fois les exigences économiques et les exigences sociales (éthiques). Les semaines Sociales 2000 avaient abordé la question. Les Entrepreneurs et dirigeants chrétiens tiennent leurs assises nationales, du 1 au 3 février. Plus localement, le mouvement des Cadres Chrétiens (MCC) invite à une soirée débat à Arras, à l'Atria, le jeudi . De son côté, le CCFD continue avec les associations partenaires l'opération de l'éthique sur l'étiquette. Il y a place pour tous ceux qui se bougent!

 

Il ne peut être question ici de faire un inventaire... mais c'est une invitation à chercher l'information, 
c'est un appel à ne pas se laisser endormir par les discours de quelques forts en voix . De nombreuses petites ou grandes associations,  ici et là, cherchent à faire entendre leur voix: les écouterez-vous? (Attac; CCFD; Agirici...)

Des mouvements chrétiens veulent faire entendre leur approches des réalités économiques et sociales, par exemple: Les Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC)organisent ses assises nationales, au Palais de l'Unesco. Les EDC sur le web
le Mouvement des cadres chrétiens organise une conférence débat à Arras, à L'Atria, - proche de la gare- salle des Gobelins, le 21 février 2002 (20h-22h)

Retour index général


Éthique...

...Le retour (suite)

 

Organisations syndicales et placements éthiquement correct

Des organisations syndicales ont créé un un comité syndical pour informer des "qualités  éthiques" des sociétés  financières.  Intéressement, fonds de placements, épargne salariale  se sont fortement développé.  Mais les salariés aimeraient savoir à qui profite leur argent. Devant les protestation de "honnêteté et de responsabilité sociale ou citoyennes émis par les divers établissement financiers qui créent des filières "éthique", il était utile de créer un organisme qui puisse vérifier et informer. Vérifier la qualité de gestion et informer de "à quoi, à qui sert l'argent placé". 


"Nous ne pouvons conseiller des placements ni dans les entreprises qui n'acceptent pas la loi  et les règles fondamentales de l'Organisation Internationale du Travail, ni dans des sociétés suspectées de blanchiment!" (CFTC); 

"Porter attention aux projets de développement durables; aux produits solidaires d'investissements créateurs d'emploi localisés et régionalisés" (CGT, CFDT). 

"Faire connaître les bonnes pratiques, vérifier la traçabilité des fonds investis" (CFE-CGC)

Ces organismes syndicaux ont donc créé un comité intersyndical.  Il aura à créer un label des produits financiers selon des critères éthiques et sociaux...  A suivre!!!


Depuis la création de l'association"de l'éthique sur l'éthique, on a pu constater l'intérêt porté par des entreprises de la grande distribution sur leur image de marque en la matière. Nul doute qu'un pas de plus se fait en matière de transparence et d'information dans un monde qui a surtout privilégié le secret et l'information entre initiés.  

En savoir plus avec le CCFD.  Comité Catholique contre la faim et pour le développement

http://www.agirici.org   Association Agir ici.

www.artisansdumonde.org Artisans du monde.

Lire la méditation sur un haricot....

 

Retour index général