Buisson

        Le livre de l'Exode commence par le récit de la vocation de Moïse. Se représenter un feu qui brûle, sans brûler son support est inacceptable à l'entendement humain. Manière imagée de se représenter le Dieu de la Bible comme celui qui ne détruit pas celui qui le porte.  Après Moïse, bien des prophètes et des hommes de foi se laisseront saisir par le Dieu personnel, Yahvé. Lors de la Pentecôte les apôtres reçoivent ce feu qui libère de la peur..

                

     L'ange du Seigneur apparut à Moïse dans une flamme de feu, du milieu du  buisson. Le buisson était en feu et le buisson n'était pas dévoré. Moïse dit: «Je vais faire un détour pour voir ce qu’est cette grande vision : pourquoi le buisson ne brûle-t-il pas»? Le Seigneur vit qu'il avait fait un détour pour voir, et Dieu l'appela du milieu du  buisson:  «Moïse! Moïse»! Moïse répondit: 
«Me voici !»  

Exode, ch.3

 

 

Aucun croyant n'a jamais trouvé les mots justes pour rendre compte de l'expérience spirituelle qu'il a vécu. Il serait vain de vouloir rechercher l'espèce d'arbuste qu'aurait vu Moïse. Comme pour beaucoup de prophètes ou de mystiques, seule l'image du feu peut exprimer quelque chose de l'expérience indicible. Ainsi en sera-t-il d'Ézéchiel et du char de feu, signe de la présence de Dieu; ainsi du psalmiste qui parle d'un feu dévorant... et de tout être humain "dévoré par le feu de l'amour", et qui ne se consume pas.

Cèdre

Sommaire