Dorothée, de la fédé "Mines Artois"...

C'est ainsi qu'elle aimait se présenter lors des assemblées 
ou sessions  locales, régionales ou nationales.

La fédération J.O.C. du Pas-de-Calais entre deuil et espérance.
Voici quelques-unes des paroles prononcées lors des funérailles,
        quelques paroles issues de la veillée de prière. 

Dorothée, avait 27 ans, sa vie s'est arrêtée sur une route de l'Aube.
En responsabilité fédérale et régionale de la JOC sur le Pas-de-Calais,
mariée à Albin, active avec le MRJC et le CMR de l'Aube,  

Ce 6 décembre, ils étaient bien plus de 1500 à se rassembler autour de toi. 
Il restera de toi ce que tu as donné, 
et dans le cœur de beaucoup brille la lumière que tu as su allumer en chacun.
Cette lumière tu l'avais reçu de ta foi au Christ ressuscité et vivant.


A la suite d'un tragique accident de la route survenu le 30 novembre, à Jully-sur-Sarce, près de Troyes, Dorothée Martinot, plus connue dans le diocèse sous le nom de Dorothée Vaillant, nous a quitté à l'âge de 26 ans.

 Dorothée a marqué la vie de touts ceux et celles qui l'ont rencontrée. Par sa présence, elle ne laissait personne indifférent. Généreuse, pleine de vie, de joie. Elle était la grande sœur, parfois la petite sœur, la copine, l'amie, l'assistante sociale.  Avec un appétit féroce de découverte, elle aimait perdre u temps pour accueillir la vie de touts ceux et celles qui l'ont croisée.

Dorothée était une jeune femme, avec ses oies, ses peines, avec une vie de famille, mariée à Albin, et mère de Firmin (4 ans) et de Noé (2 ans), entourée de copains, de copines. Dorothée était issue du monde ouvrier. Des galères, elle en a vécu: le fric, les conditions d'études difficiles à l'école d'assistante sociale, la pression hiérarchique au boulot... "Ne jamais subir mais agir" telles étaient ses paroles. Elle refusait l'injustice et la fatalité. Elle était la boute-en-train qui n'hésitait pas à bousculer et faire réagir ceux et celles qu'elle rencontrait.

Dorothée était chrétienne. Dévouée, elle parlait de sa foi en Jésus-Christ avec transparence et humilité... "Je crois que l'on n'a pas le droit de rester là à ne rien faire. J'ai envie d'être au service de l'Église en me donnant à la JOC. C'est ma façon de concrétiser mes motivations les plus profondes, de témoigner de ma foi en Jésus-Christ ressuscité, vivant en chacun de nous, au milieu de nous. Je sens en moi, comme en tout être humain, le besoin de créer, d'apporter du nouveau pour faire grandir chaque jeune sur le plan humain et chrétien." Voilà comment Dorothée avait défini sa mission.

Une veillée organisée le 13 décembre avait permis de révéler "un peu de Dorothée" dans chacun des participants. Tous les témoignages sont unanimes: les traces de sa présence se trouvent en nous, en chacun des jocistes. Elle a semé les graines de l'amour; qu'elle continue à nous donner la force et l'espoir de bâtir le monde dont elle rêvait.

Pour la fédération JOC Mines-Artois.

Église en Pas-de-Calais N° du 18 janvier 2002


"Merci pour la vie que tu nous as donnée,

Merci pour la foi que tu nous as donnée.

Il reste trois petits hommes qui continueront ton chemin..." 

Albin, Jully-sur-Sarce, le 6 décembre 2001


Texte prononcé par les copains et copines du Pas-de-Calais:

Dorothée, ton dynamisme, ta joie de vivre, ton entrain nous ont toujours touchés, 
secoués, bousculés, nous, les copains et copines de la JOC. 
Tu nous sollicites, tu nous tires par le bras pour nous lever, taper des mains et danser.:
Faut qu'ça chante, Faut qu'ça bouge ! 
Ta bonne humeur, cette volonté, ce désir de faire partager ce qui t'anime nous entraînent. 
A ta suite, on se lève, on chante, on danse... « Allez, allez, faut pas rester assis! » 

Des rencontres régionales pour lesquelles nous partons en train le samedi à midi. 
Tu quittes le boulot sur le marché où tu gagnes de quoi payer tes études et ton logement, 
tu sautes dans le train avec tous tes sacs, tu n'as pas acheté ton billet 
ou tu as oublié de le composter... c'est pas grave; tu te changes dans les toilettes, 
puis tu manges un morceau : concombre et camembert... 
tout le monde te regarde et toi tu t'en fous, t'en rigoles... 
le contrôleur arrive, tu lui expliques le marché, la JOC, tes études, tout ce qui fait ta vie, 
tu le baratines : « et puis, Jérôme, il vient aussi avec moi et il a son billet » ;
le contrôleur est drôlement sympa « C'est bon! »!
Tu l'as convaincu. Dorothée, quel pouvoir de persuasion ! 

Combien de copains et copines en JOC, dans ta formation ou dans ton boulot as-tu persuadés, convaincus qu'ils étaient capables de se dépasser, de se mettre debout, 
d'avancer, de s'organiser avec d'autres, de vivre ? 

Des éclats de rire, des histoires qui ne peuvent arriver qu'à toi Dorothée : 
faire le plein de diesel dans une voiture qui ne roule qu'à l'essence, 
partir rejoindre Albin à l'autre bout du monde avec des sacs pleins de provisions, 
oublier ton duvet dans le train trop contente de rejoindre les copains et copines 
qui attendent sur le quai...  c'est pas grave, le duvet on viendra le rechercher à la gare plus tard. T'es comme ça, Dorothée, t'es nature.

 « Dorothée de la fédé de Mines-Artois » c'est comme ça que tu présentes 
à chaque prise de parole dans les instances régionales ou nationales de la JOC, 
tu es convaincue de ce que tu partages.
Les jeunes du Monde Ouvrier, les Jocistes, tu les connais, 
tu veux faire avancer ton mouvement, tu prends position, 
tu nous invites à te rejoindre... ça marche, parfois. 

Dorothée, tu nous ouvre ton cœur, tes émotions tu les partages en équipe, 
es questions sur le sens de la vie, puis la vie de couple et la joie d'attendre des enfants. 
Dorothée, ton prénom est synonyme, pour nous, de joie, d'éclats de rire, d'espérance; 
Dorothée, tu es la fête qu'on a envie de partager, la fête à laquelle on a envie d'être invité.

 Aujourd'hui, tu manques à notre regard, c'est sûr, 
mais notre cœur et notre esprit sont emplis de cette tempête 
qui nous pousse à sortir dehors, à nous dépasser, à nous engager, 
à devenir avec d'autres des hommes et des femmes debout. 
Un feu brûle en nous, tu sais l'attiser, le rendre plus fort... 
saurons-nous, aussi bien que toi, être contagieux de joie de vivre et de force d'espérance ? 

Merci, Dorothée, l'histoire n'est pas finie, elle continue autrement, 
il y a des tas de copains et de copines à entraîner dans la danse, 
à faire se lever pour chanter, faire la fête, et nous, nous savons tous que tu comptes sur nous.  

Jérôme, le 6 décembre 2001

Après la lecture de l'évangile, texte choisi en Jean ch. 17: "la prière de Jésus", le prêtre rassemble les réflexions des uns et des autres lors de la veillée. Il propose de relier cette vie de Dorothée avec la vie de Christ, avec la prière de Jésus, au moment où il va être retranché de ce monde.

Albin, Firmin et Noé sont affrontés à une mort inattendue.
Des projets, des engagements, ils en avaient plein la tête et le cœur.

Il y a du ressentiment devant cette vie tronquée: 
Dieu où étais-tu, étais-tu en vacances, ou aux abonnés absents? 
Les premiers chrétiens s'étaient accrochés au premier de cordée, Jésus.
Après sa mort ils avaient remémoré ses paroles... Jésus avait redit le sens de la vie, de sa foi
"Si le grain de blé ne meurt, il ne porte pas de fruit..."  "J'ai fait connaître ton nom..." 
Je t'ai glorifié et je te glorifierai encore..."

C'est à ce Dieu-là que croyait Dorothée.
Elle l'a cru, elle l'a incarné, à cent à l'heure,
totalement donnée aux autres, totalement donnée à Dieu.
Elle aussi a connu des moments de mort.
MRJC, JOC, elle vous poussait à sortir, à vous dépasser, à tenir debout.

A la suite du Christ ressuscité, 
Dorothée vient de faire le passage sur l'autre rive.
Nous, ici, désemparés: 
que le témoignage du Christ, que le témoignage de Dorothée
Nous fasse tenir sur la route:
continuer à vivre la passion des hommes, continuer à vivre la passion de Dieu.

Lors des célébrations, elle rappelait :
"n'oubliez pas ceux qui sont en recherche, ceux qui sont loin de nous", 
et elle proposait des gestes, pour que le moment de la communion 
ne soit pas celui de la division entre ceux qui avancent communier et ceux qui restent à leur place.
Toujours elle trouvait un geste à proposer à ceux qui sont en chemin:
 apporter une bougie, recevoir un texte ou signer une page d'un livre d'or.

Au cours de l'eucharistie, il était proposé à tous de se déplacer, de tendre la main pour recevoir le corps du Christ, ou de joindre les mains sur la poitrine et de recevoir le signe de croix du Christ.


Il n'a pas dit que tu coulerais,
Il n'a pas dit que tu sombrerais,
Il a dit:"Allons de l'autre bord
Allons de l'autre bord.

Si la mer se déchaîne, si le vent souffle fort
Si la barque t'entraîne, n'aie pas peur de la mort.

Si ton cœur est en peine, si ton corps est souffrant,
Crois en Jésus, il t'aime, il te donne sa paix.

Si un jour, sur ta route, tu rencontres le mal,
Ne sois pas dans le doute, Dieu aime ses enfants.


Post-scriptum: Le nom de Dorothée signifie "le don de Dieu".
       "Tout est grâce" écrivait Bernanos...
oui, "Tout est grâce" a été exprimé par les amis de Dorothée.

Index général


Mot d’accueil d’Albin, lors des funérailles..

 Dorothée, il y a 6 mois, au même endroit nous échangions devant Dieu nos consentements et nos engagements. Nous avions fait un contrat à durée indéterminé mais il devait manquer une ligne à ce contrat. Dieu aura dû être surmené  entre le 29 Novembre et le 2 Décembre 2001.

   J’ai su remercier Dieu pour m’avoir fait rencontrer Dorothée. N’oublions pas l’étymologie de ce beau prénom : Dorothée, “  don de Dieu ”. Mais que dois-je faire aujourd’hui ? Prier sans doute. Dieu est comme le C.D.J.A, il doit avoir besoin de renouveler son conseil d’administration et il a choisi la meilleure.

          Dorothée, tu es bien plus qu’une moitié dans notre couple. Tu sais m’écouter présenter des projets, tu sais enrichir et arrondir mes idées et ensemble nous construisions une belle famille. On me dit de me préparer à ton départ mais tu restes présente dans mon cœur, car tu es la seule à m’avoir donné la Foi. Merci, parce qu’aujourd’hui, j’en ai besoin.

          Nous vivions dans l’honnêteté, la confiance et la fidélité avant et après notre mariage. Je n’ai rien à regretter et c’est pour tout cela que je t’aime. Tu es ma perfection, même si à la célébration de notre mariage j’avais blagué à ce sujet. Je souhaite que nos enfants ressemblent le plus possible à leur maman et ensemble nous parviendrons à continuer ce long chemin de la vie.

         C’est aujourd’hui la plus grande réunion de famille que nous avons dû organiser ; il y a encore plus de monde qu’à notre mariage.

         Depuis quasi 27 ans tu en as fait bien plus que d’autres qui restent jusqu’à X années.

J’aime ta jeunesse et tu es toujours avec moi avec ton sourire de jeune maman épanouie dans notre couple, ton travail et tes multiples activités.

         Nous nous sommes donnés un cap à suivre à 4. Aie confiance tes trois petits hommes tiendront fièrement la barre en souvenir d’une source d’énergie intarissable. 

          Encore merci pour tout. Je t’aime.


Index général