A Bible Ouverte.

Surprise de l'amour

 La parabole du bon Samaritain, encore! Mais c'est usé, rabâché. Il y a si longtemps qu'on en parle; depuis le catéchisme, peut-être ! Que pouvons-nous apprendre de nouveau par ce texte ? D'abord, qu'il n'est pas si facile de se détacher de ses conceptions enfantines ; ensuite, qu'il est sûrement important de chercher à comprendre pourquoi le Samaritain est capable d'agir comme il le fait. D'où lui vient une telle capacité d'aimer? Allez, une nouvelle tentative de lecture, vous ne serez pas déçus.

Le texte  Luc 10, 25-37

Le "bon samaritain"

"Un légiste se leva et lui dit pour l'éprouver: " Maître, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ?  Jésus lui dit: "Qu'est- il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu ? Il répondit: "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même". 

Jésus lui dit: "Bien répondu, fais cela, et tu vivras". Mais le légiste, voulant se justifier, dit à Jésus : "Oui, mais qui est mon prochain ? Jésus reprit la parole: " Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands, qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s'en allèrent, le laissant à demi-mort. Par hasard, un prêtre descendait la même route; il vit l'homme, et passa outre. Un lévite arriva sur les lieux, le vit, et passa outre. Mais un Samaritain en voyage, arrivé près de lui, à sa vue, fut touché de compassion. Il s'approcha, et banda ses plaies en y versant de l'huile et du vin, puis il le monta sur sa propre monture, et le conduisit dans une auberge où il s'occupa de lui. Le lendemain, il tira deux deniers et les donna à l'hôtelier : " Prends soin de lui, dit-il, et si tu as des frais supplémentaires, je te paierai lors de mon retour. Lequel de ces trois hommes te semble avoir été le prochain de l'homme qui était tombé entre les mains des brigands ? Le légiste répondit: "C'est celui qui s'est montré compatissant envers lui. "Eh bien ! lui dit Jésus, toi aussi fais de même. 

Se promener dans les textes 

Que cherche ce spécialiste de la Loi en interrogeant Jésus ? Le texte suggère plusieurs réponses possibles. Dans une situation ambiguë, Jésus choisit de raconter une parabole, encadrée par deux questions: celle du légiste: " Qui est mon prochain ? " et celle de Jésus: " Lequel s'est fait proche?" Quelle différence entre les deux ? A quel déplacement Jésus veut-il conduire?

 Regardons aussi les personnages: quelles peuvent être les raisons de leur comportement ? L'histoire se termine par une invitation à agir: comment entendre cette exigence comme une Bonne Nouvelle ?

 N'oublions pas que les paraboles disent d'abord la façon dont Dieu se comporte et ce qu'il peut susciter de beau, d'inattendu dans nos vies. Ce Samaritain n'est-il pas tout le portrait de Jésus qui vient nous relever ? Relisons aussi Luc 10, 21-24,  quel éclairage apporte ce préambule au récit de la parabole?

Réfléchir en équipe
Comment nous laissons-nous toucher par la vie des gens que nous côtoyons? 
Sommes-nous encore capables de voir, de créer du neuf dans nos vies?
Qu'est-ce qui nous permet de ne pas "ronronner" dans nos habitudes, mêmes militantes?

« Le Samaritain le vit et fut pris de pitié. »
 C'est la réponse de Jésus. Le prochain, nous ne le choisissons pas. Il nous est donné, nous le rencontrons au bord de nos routes. Ce sont ces jeunes rejoints par la JOC mais rejetés par l'école, en échec, manquant d'argent, travaillant au noir, qui picolent à l'occasion.... Ces salariés aveuglés par les promesses du patron. ..Mais aussi ces collègues qui se croient « arrivés », et tous ceux qui semblent ne pas vivre pour les autres-

« Va et fais de même. » Voilà l'invitation. Faire un monde plus juste. Aimer sans a priori. Ce n'est pas affaire de parlottes mais d'actes. Chaque jour nous pouvons passer notre chemin ou nous faire le prochain, en famille, dans le quartier, au boulot, au syndicat.... Il ne s'agit pas de réaliser de grandes choses mais de rester ouverts et accueillants à toute détresse, à toute attente. Notre rencontre avec Dieu se fait là quand nous gardons le souci des autres, l'envie qu'ils se libèrent, qu'ils grandissent et nous avec eux.

Aïda est visiteuse de prison. .Avec l'Association nationale des visiteurs de prison, elle lutte pour la dignité de l'homme et sa réinsertion. « Quand j'ai connu Camel, un Turc de 33 ans, il venait de faire une tentative de suicide. Condamné à trente ans de détention ! Désespéré, il ne voulait plus vivre. J'essayais, pendant de longs mois, de lui tenir la tête hors de ce bourbier de haine... Je l'ai vu, peu à peu, se reconstruire, reprendre le goût de vivre. Lui, le soi-disant athée vient de m'écrire : "Je crois que Dieu est avec vous. On m'a nommé assassin dangereux mais tout au fond de mon coeur, il existe de belles choses cachées. Vous m'avez fait confiance sans me demander ce que j'avais fait. Vous m'avez tendu la main et votre compassion." » 

Aïda continue: « Qui aurait dit que, moi-même, Arménienne d'origine, fille de réfugiés, membre d'un peuple persécuté par les Turcs et de quelle façon ! oui, qui m'aurait dit qu'un jour, face à la barrière de la langue, j'aurais pris des cours de turc pour mieux communiquer avec eux en prison! Un jour; Camel m'a dit: "Tu es mon ennemie et tu viens me visiter! " Quand je regarde en arrière, vraiment, je n'en reviens pas moi-même ! L'Esprit souffle où il veut. C'est un grand mystère! C'est le mystère de Dieu. » C'est le surgissement de l'Amour pour l'un comme pour l'autre.

Prochain. ..on le devient ! 

" Tu aimeras ton Dieu et ton prochain comme toi-même. .." 
Ça me gêne de recevoir cette parole comme un  commandement que Tu m'imposes. 

C'est l'aventure du Samaritain qui m'a permis de m'approprier Ta parole. 
Ce Samaritain au cœur d'or, non téléguidé, s'est laissé surprendre par le quotidien. 
Aujourd'hui, Père, dans le rythme intense de ma vie, 
comment rencontrer l'inattendu qui bouleverse mes projets ? Ta parole bouscule. 

Tu m'invites à une conversion du regard, du cœur : devenir le prochain de tout homme, 
l'accueillir, oser prendre des risques, le risque d'un geste fraternel, d'une parole, 
faire éclater mes frontières pour aller à la rencontre des autres et m'ouvrir à la diversité de leurs engagements. 
Tu le sais, il est difficile d'aimer: aimer celui qui perturbe mes façons de voir, de concevoir l'action. 
Apprends-moi tout simplement, Père, 
à me laisser surprendre par la vie, à accueillir l'imprévisible et à aimer. (Andrée)

Index général    Autres pages de Témoignage